LE CARNET de Madrid.comS'installer, Vivre, visiter Madrid !
Abonnez vous gratuitement à la newsletter
lecarnetdemadrid
Culture

Début du festival brésilien Novocine

Novocine, le Festival brésilien de Madrid, est de retour, du 22 au 29 novembre. Le rendez-vous aura lieu au cinéma Palacio de la Prensa. Organisé annuellement par l´Ambassade du Brésil à Madrid et la Fondation Culturelle Hispano-Brésilienne, Novocine veut faire connaître à l´étranger les dernières nouveautés de la filmographie brésilienne. Les films projetés, qui ne sont pas encore sortis en Espagne, seront tous en en V.O. L´entrée au festival est gratuite.
Cette XI édition de Novocine offre, cette année, 7 long-métrages qui montreront la facette la plus humaine du cinéma brésilien. Il s´agit d´un ensemble de films très variés qui vont du thriller, jusqu´au drame, en passant par des biopics ou des comédies. Une fenêtre ouverte à un cinéma très intéressant, peu connu en France et en Espagne.
L´inauguration du Festival se déroulera mercredi 22 novembre à 20h30 avec la projection du biopic « Elis » (7 Grands Prix du cinéma brésilien, l´équivalent des Césars) du reálisateur Hugo Prata. « Elis » raconte la vie d´Elis Regina, une des chanteuses brésilienne les plus importantes du pays, morte prématurément à l´âge de 36 ans. La projection aura lieu au Cinéma Palacio de la Prensa (Plaza de Callao, 4- métro Callao ou Plaza de España). Durant la séance, un billet d´avion pour deux personnes pour Salvador de Bahia sera tiré au sort parmi les spectateurs. Après la projection, il y aura un concert gratuit dans la salle de fêtes, Sala 0, située sous le Palacio de la Prensa, où le groupe brésilien Uirapuru jouera les chansons du film « Elis ».

 

Le festival du cinéma européen est de retour à Ségovie

La MUCES ( Muestra de Cine Europeo Ciudad de Segovia) est de retour du 15 au 21 novembre à Ségovie.
Cette année, le festival présente 112 films de 37 pays. MUCES montrera un échantillon très complet du meilleur cinéma européen récent. Les sections parallèles sont très nombreuses et pour tous les goûts: “Cinéma documentaire”, “Cinéma et sport”, “Cinéma et Louis Proust”, “Lo nunca visto » (Du jamais vu”), etc. Le pays invité sera la Bulgarie avec la projection de plusieurs films, une exposition d´affiches de cinéma bulgare, des dégustations de crus du pays et des spectacles musicaux.

MUCES projettera les 10 films candidats au Prix Lux qui prime, chaque année, le meilleur film réalisé en Europe, donné par le Parlement Européen, au mois de novembre. Parmi ces long-métrages, il y aura le film français « 120 battements par minute » de Robin Campillo. Dans la section officielle, d´autres films français comme « Barbara » de Mathieu Amalric, « Jeune femme » de Léonor Serraille, « C´est la vie » d´Eric Toledano et Olivier akache, « Visages, villages » d´Agnès Varda, « Sage femme » de Martin Provost et « L´atelier » de Laurent Cantet seront aussi projetés. Le Festival propose, comme dans des éditions précédentes, une fusion cinéma et gastronomie, où le vin prend une place clé. Grâce à cette initiative, plusieurs restaurants de Ségovie offrent des menus de "cinéma à moins de 20 euros".

Le Festival est une occasion unique pour voir du très bon cinéma européen, assister à des conférences, à des expositions, à des concerts ou pour se balader.

Les billets peuvent se prendre ici : www.turismodesegovia.com

Pour plus d´informations : http://www.muces.es/

 

 

Carmen Pineda

Avant-première du film « 120 battements par minute » de Robin Campillo à l´Institut français

Prix du Jury au dernier Festival de Cannes, sélectionné pour représenter la France aux Oscars 2018, « 120 battements par minute » est, sans aucun doute, un des films de l´année en France. L´Institut Français de Madrid propose une avant-première, vendredi 3 novembre, à 20 h. La projection se déroule dans le cadre du Festival LesGaiCineMad, qui a lieu à Madrid du 26 octobre au 12 novembre.

Le film est une réflexion sur le problème du sida, vers le début des années 90.  Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

« 120 battements par minute » est dirigée par Robin Campillo (réalisateur de « Les revenants », « Eastearn boys » et coscénariste avec Laurent Cantet du film « Entre les murs »). Nahuel Perez Biscayart (« Au fond des bois »), Adèle Haenel (« La fille inconnue ») et Arnaud Valois, qui débute ici, sont les jeunes protagonistes du film.

http://www.institutfrancais.es/madrid/cine-y-radio/cine-120-pulsaciones-minuto-120-battements-par-minutes-robin-les

Carmen Pineda

 

Cycle « Truffaut» au Palacio de Hielo

Qui n´aime pas Truffaut ? Un des plus grands cinéastes français, créateur de la Nouvelle Vague, auteur de films mythiques comme « Les 400 coups »,
On ne s'en lasse pas et on peut aller revoir ses films au Dreams mk2 Palacio de Hielo (calle Silvano, 77),situé à côté du Lycée Français.
Un cycle en hommage au grand réalisateur tous les mercredis, à 20h, en V.O.S.E, à un prix de 5 euros, ainsi que des séances matinales.
- 8 novembre : « Tirez sur le pianiste » avec Charles Aznavour
- 15 novembre : « Jules et Jim » avec Jeanne Moreau, récemment décédée
- 22 novembre : « La peau douce » avec Françoise Dorléac
- 29 novembre : « Baisers volés » avec Jean-Pierre Léaud (alter égo de François Truffaut) dans le célèbre personnage d'Antoine Doinel
- 13 décembre : « Domicile conjugale » avec Jean-Pierre Léaud, suite de « Baisers volés »
- 20 décembre : « Les deux anglaises » avec Jean-Pierre Léaud.
- 10 janvier : « Une belle fille comme moi » avec Bernadette Lafont
- 17 janvier : « l´amour en fuite » avec Jean-Pierre Léaud, troisième volet après« Baisers volés » et « Domicile conjugale »
- 24 janvier : « Le dernier métro » avec Gérard Depardieu et CatherineDeneuve. Un des plus beaux films de Truffaut.

Carmen Pineda

Cinéma : cycle

Dans le cadre du Tandem « Paris/Madrid », L´IFM présente un cycle cinématographique très intéressant. Les spectateurs pourront se délecter avec 5 films où la présence de Paris est clé. Le prix de l´entrée est de 4 euros par internet et de 5 euros au guichet le jour de la séance (paiement par CB uniquement). Il est recommandé de prendre à l´avance les entrées pour être sûr d´y avoir une place. Toutes les séances commencent à 20h. 

9 octobre : « Mon oncle » de Jacques Tati. Un classique incontournable que tout le monde devrait voir. Une occasion en or pour revoir l´humour surréaliste de Tati.

16 octobre : « Baisers volés » de François Truffaut, avec Jean-Pierre Léaud. Impossible de ne pas admirer cette œuvre d´un des créateurs de la Nouvelle Vage. « Baisers volés » est un film plein de charme français et parisien.

23 octobre : « le fabuleux destin d´Amélie Poulain» de Jean-Pierre Jeunet, avec Audrey Tautou. Sans aucun doute, un des films les plus connus de l´histoire du cinéma français. A revoir ou à découvrir pour les plus jeunes.

27 octobre : « Paris » de Cédric Klapisch, avec un casting admirable d´acteurs, comme Juliette Binoche, Romain Duris et Fabrice Luchini. Un film choral où la ville de Paris est aussi un des personnages. Drame, humour, amour…, sont dans ce beau film amusant et dynamique.

Achat des places, ici : https://madrid.extranet-aec.com/events/view/16-ENTRADA%20CULTURAL

Carmen Pineda                                                                                   

 

Hommage à Jean-Pierre Melville à l'institut français

L’année 2017 marque le centenaire de la naissance de Jean-Pierre Melville, l’un des réalisateurs français les plus marquants de sa génération, considéré comme le précurseur de la Nouvelle Vague. Dans le cadre de cette célébration, de nombreux événements et projections sont organisés dans le monde entier, grâce au concours et au soutien de la Fondation Melville et de l’Institut français. 

Jean-Pierre Melville pour ceux qui auraient oublié, c'est "L'armée des ombres", "Le cercle rouge", "Le samourai", "le silence de la mer", "Léon Morin, prêtre"... Et c'est le plaisir de revoir des acteurs tels que Belmondo, Delon, Ventura, Signoret et bien d'autres.

Le lancement de cet hommage à Madrid aura lieu le 7 septembre à l’Institut français, avec la projection exceptionnelle du documentaire Sous le nom de Melvilled’Olivier Bohler. Elle sera suivie d’une rencontre avec l’Ambassadeur de France Yves Saint-Geours, le réalisateur espagnol Enrique Urbizu et Laurent Grousset, Président de la Fondation Jean-Pierre Melville.

Et pour vous plonger dans l'ambiance regarder la vidéo de présentation. Un bonheur!

 

Cinéma: Jamais contente («Aurora») d´Emilie Deleuze

Comme beaucoup d´ado, Aurore, 13 ans, n´est jamais contente. Cette gamine rebelle, mal dans sa peau, déteste tout sa famille, ses profs, l´école...Bref, le monde entier. Elle se sent atrocement malheureuse. Adaptant la série de 3 romans « Le Journal d´Aurore » de Marie Desplechin, publiés en France entre 2006 et 2009, l´auteure, sœur du metteur en scène Arnaud Desplechin, a aussi participé à l´écriture du scenario à côté de la réalisatrice Emilie Deleuze. Cette-dernière nous propose une illustration fidèle, humoristique et précise de l´adolescence en proie au sentiment d’une hostilité du monde, autour d’une héroïne réellement insupportable, mais très crédible. Le personnage principal est incarné par la jeune Léna Magnien, qui tient vraiment la route dans son premier rôle. Une comédie sympathique, rythmée et sensible, où chacun de nous peut se reconnaitre dans beaucoup des situations décrites.

Carmen Pineda

 

Les sorties ciné de la semaine : La mécanique de l'ombre , Mal de pierres et Raid Dingue

La mécanique de l´ombre  de Thomas Kruithof
Premier film du réalisateur français Thomas Kruithorf, « La mécanique de l´ombre » (« Testigo ») raconte l´histoire de Duval (François Cluzet), un homme solitaire et dépressif, au chômage depuis deux ans, qui est contacté par un étrange homme d'affaires pour un mystérieux emploi. Un travail, apparemment simple et bien rémunéré, qui consiste à transcrire des écoutes téléphoniques. Désespéré, Duval, bien qu´il ne soit pas convaincu, accepte le poste sans poser trop de questions. Il se retrouvera piégé dans un complot politique d´espionnage de haut niveau. Il devra, tout seul, affronter la
brutale mécanique des services secrets. Thriller politique, fable sur la soumission, « La mécanique de l´ombre » fait
preuve d´une intensité brillante en décrivant l´univers des conspirations politiques. Bien ficelé, bien tourné, le film est une passionnate histoire d´espionnage où François Cluzet brille dans son rôle de pauvre homme pris dans un monde kafkian et oppressant.

https://www.youtube.com/watch?v=Rg14ZSiV5hI
Sortie vendredi 9 juin


Mal de pierres (« El sueño de Gabrielle ») de Nicole Garcia
Nicole Garcia (“Place Vendôme”, « Un beau dimanche ») signe ce film romantique, interprété par Marion Cotillard et Louis Garrel. Adapté du roman « Mal di pietre» de l´écrivaine italienne Milena Agus, le film de Nicole Garcia raconte l´histoire d'une femme libre et passionnée qui rêve de trouver le vrai amour. Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole et rêve d’une passion absolue. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange parce qu´elle est trop libre et on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier espagnol, chargé de faire d’elle une
femme respectable. Gabrielle ne l´aime pas. Lorsqu’on l’envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutenant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d’aimer. Gabrielle veut aller au bout de son rêve, même si ses sentiments exacerbés la conduiront à la folie. Mais, jusqu´où ira-t- elle dans ses rêveries? Si le film est loin d'être à la hauteur du magnifique livre de Milena Agus, Marion Cotillard touche par sa sensibilité. 
Un émouvant portrait de femme qui plaira surtout au public féminin.

https://www.youtube.com/watch?v=n2D_0kTs4cE
Sortie vendredi 9 juin


Raid Dingue (« Una policía en apuros ») de Dany Boon
Dany Boon réalise “Raid Dingue”, une comédie d´aventures qui raconte la vie de ces héros du quotidien qui sont d´une grande humilité et d´un courage exemplaire. « Raid Dingue » est un hommage à Belmondo et à tous ces films français qui ont tant influencé le cinéma américain, comme par exemple les films de Bruce Willis où le personnage principal est un héros mais est aussi amusant et maladroit. Interprété par Dany Boon, Alice Pol, Yvan Attal et Michel Blanc, il s´agit d´un film marrant, idéal pour passer un bon moment de détente. 
Johanna Pasquali est une fliquette distraite, maladroite et sympathique mais totalement nulle. Dotée pourtant de réelles compétences (tir, combat au corps à corps, intuition policière, etc) sa maladresse fait d’elle une menace pour tous. Assignée à des missions banales, elle s’entraine sans relâche pendant son temps libre pour réaliser son rêve : être la première femme à intégrer le groupe d’élite du RAID. Acceptée au centre de formation du RAID pour des raisons obscures et politiques, elle se retrouve alors dans les pattes de l’agent Eugène Froissard (dit Poissard), le plus misogyne des agents du RAID. Ce duo improbable se voit chargé d’arrêter le redoutable Gang des Léopards, responsable de gros braquages dans les rues de la capitale.

https://www.youtube.com/watch?v=3mAz2TnJInM
Sortie vendredi 9 juin

Carmen Pineda

Cinéma:

"Marie Curie"  met en lumière la vie de cette femme aux deux prix Nobel de Physique et de Chimie. Marie Curie ou Marie Sklodowska, son nom d´origine, née à Varsovie, est un exemple et une inspiration pour de nombreuses générations. La jeune actrice polonaise Karolina Gruszka, incarne la physicienne dans cette coproduction franco-germano-polonaise, réalisée par l´allemande Marie Noëlle. Le film trace un portrait, sensible et intelligent, de la chercheuse mais aussi de la femme dans son intimité, ses souffrances et ses amours. Sans oublier, son combat acharné pour revendiquer la place des femmes dans le monde du travail, en génerale, et dans la science, en particulier. Le film raconte six ans de la «vie de vraie femme» de Marie Curie, en retraçant notamment  la perte de son mari Pierre Curie (Charles Berling) auquel la liait la même passion pour la recherche, son amour pour ses deux filles, dont l´une d´elles, Irène obtint aussi le prix Nobel, et sa liaison avec le physicien Paul Langevin qui avait fait, d´ailleurs, scandale à l'époque.

Un beau film intimiste, délicat et une mise en scène soignée (la musique est signée Bruno Coulais, le grand compositeur de « Les Choristes »). A ne pas rater.

Sortie, dans les salles espagnoles, vendredi 2 juin

Carmen Pineda 

 

XIX édition du Festival de Cinéma Allemand de Madrid

Le 19ème Festival de Cinéma Allemand de Madrid aura lieu, du 6 au 11 juin, au Palacio de la Prensa, une des salles les plus anciennes de la capitale, en pleine rue de la Gran Via. Comme tous les ans, la manifestation présente, en avant-première, un échantillon des meilleurs long-métrages, court-métrages et documentaires germaniques actuels. Organisé par German Films, en collaboration avec le Goethe Institut et l´ambassade de la République Fédérale d´Allemagne à Madrid, ce Festival est un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs de cinéma.

Au-delà de la section officielle, où le public pourra voter pour le meilleur film,  seront, aussi, projetés, dans le cycle überAll, quelque uns des chefs d´oeuvres du cinéma fantastique allemand classique. Des films provocateurs, originaux et extrêmes de la cinématographie allemande qui réunissent les meilleurs oeuvres de science-fiction et de ciberpunk. Cette année, en plus, nous aurons l´occasion de vivre une expérience interactive hors du commun. Il s´agit de la projection du film de terreur « El veredicto » qui nous transformera en juges. Les spectateurs pourront voter, on-line ou par sms, leur dénouement idéal du film : coupable ou innocent. Comme tous les ans, le Festival propose une séance spéciale d´un film classique allemand muet, accompagné para un musicien en direct. Ça sera le film Varieté (1925), d´Ewald André Dupont, dont la bande sonore sera assuré par le pianiste allemand Stephen Horne. Parmi les long-métrages, à retenir le film d´inauguration du Festival, « Die blumen von gestern » (« Las flores de antaño ») de Chris Kraus, une belle comédie romantique qui aborde la mémoire de l´Holocauste, interprétée par l´actrice française Adèle Haenel. Dans la section Femenino Plural, consacrée spécialement aux femmes, à ne pas rater « Marija » de Michael Koch, un troublant portrait de l´immigration ou « El extasis » de Sven Taddicken, un émouvant drame sur la psychologie féminine, brillamment interprété par l´actrice allemande Martina Gedeck, une des artistes les plus célèbres du cinéma germanique actuel. Les enfants auront, aussi, leur espace avec la projection du film « Rico, Oscar y los ladrones de piedras ».

Pour plus d´informations : http://cine-aleman.com/2017/

Carmen Pineda

 

Cinéma:

"Voyage à travers le cinéma français" (“Las películas de mi vida”) de Bertrand Tavernier (“L´horloger de Saint-Paul”, « Capitan Conan », « Autour de minuit », « La passion Béatrice », « Quai d´Orsay », entre autres) est un très beau film spécialement recommandé pour les cinéphiles.
De Jean Renoir à Jean-Luc Godard, de Jacques Becker à Jean Vigo, en passant par François Truffaut, Marcel Carné ou Louis Malle, Bertrand Tavernier nous propose un passionnant voyage à travers les meilleurs films de l´histoire du cinéma français, en nous montrant d´une manière amusante et antiacadémique que les grandes histoires cinématographiques continueront à nous émouvoir éternellement.
Des long-métrages mythiques comme “Paris, bas-fonds”, “L’Atalante”, “Un condamné à mort s´est échappé”, “Le Jour se lève”, “French Cancan”, “Les 400 coups”, “Ascenseur pour l´échafaud”, “Pierrot le fou” et tant d´autres sont racontés par Bertrand Tavernier dans cet extraordinaire documentaire où il a voulu partager avec le spectateur sa passion et son grand amour pour le cinéma. Un petit bijou que tous les « fans » de cinéma et du réalisateur Bertrand Tavernier devront aller voir. 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19565031&cfilm=232390.html
Sortie vendredi 26 mai

Carmen Pineda 

 

Cinéma: Sorties de deux comédies A fond et Ma loute

« A fond» (« A fondo») de Nicolas Benamou
Un père de famille se retrouve au volant de son monospace avec le régulateur bloqué à 160 km/h : comment éviter le crash inévitable ? Voici l´enjeu du film de Nicolas Benamou (« Babysitting »). Ce long-métrage est un croisement entre les films d´actions et la comédie. José Garcia  enchef de famille poussé à bout par son père gaffeur (André Dussollier) et sa femme enceinte au bord de la crise de nerfs (l'humoriste Caroline Vigneaux), les apparitions de Florence Foresti en gendarme obsédée par le ping-pong, Vincent Desagnat et Jérôme Commandeur en flics et concessionnaire ripoux, ou de Charlotte Gabris en gamine attardée complètent un tableau comique. 

 https://www.youtube.com/watch?v=NDslM1QXcQg
Sortie vendredi 21 avril.                             

« Ma loute » (« La alta sociedad ») de Bruno Dumont
Après la mini-série comique du P´tit Quinquin, Bruno Dumont, auteur de l´excellent film « Camille Claudel, 1915 », persévère dans la comédie farfelue, fantaisiste et surréaliste avec « Ma loute ». Comme a déclaré le réalisateur au sujet de son film, « la force et le burlesque empoignent un drame, le portant aux confins du réel, à la cocasserie et son miroir déformant de nous-mêmes ».
« Ma loute » est un film surprenant réunissant un casting de choix ! Fabrice Luchini, Julette Binoche et Valeria Bruni-Tedeschi. L´histoire de déroule à l´été de 1910. Plusieurs touristes ont disparu dans la baie de la Slack, au Nord de la France, près de Tourcoing, Lille et Calais. Les inspecteurs Machin et Malfon, deux personnages grotesques, déduisent que la clé des crimes se trouve justement en plein centre de la baie de Slack, un endroit unique où le fleuve homonyme et la mer se rencontrent à marée haute.
Deux familles, une, un peu tarée, appartenant à l'aristocratie du lieu et l´autre, composée de misérables cueilleurs de moules vont se trouver unis par les évènements.

https://www.youtube.com/watch?v=4lU1dR9X9VY
Sortie vendredi 21 avril

Carmen Pineda

 

Cinéma: Deux films français pour les vacances de Pâques

Le fils de Jean (El hijo de Jean) de Philippe Lioret
Le réalisateur français Philippe Lioret nous avait déjà émut, en 2009, avec son film « Welcome », Prix LUX du Parlement Européen, où il abordait une histoire d´émigrants clandestins à Calais. Avec « le fils de Jean », il change de registre en tournant un drame familial et intimiste, superbement interprété par des acteurs français (Pierre Deladonchamps) et canadiens (Gabriel Arcand). Criant de vérité, le film émeut et bouleverse en restant toujours dans l´équilibre et la délicatesse. « Le fils de Jean » parle de la quête de l´identité, des secrets de famille, du besoin de la paternité. Philippe Lioret, un des cinéastes français les plus intéressants actuellement, s´est inspiré librement du roman de Jean-Paul Dubois « Si ce livre pouvait me rapprocher de toi » pour écrire le scénario du film. Tourné à Montréal et dans les splendides paysages naturels canadiens de lacs et forêts, «Le fils de Jean » est, sans doute, une très belle option cinématographique pour ces vacances de Pâques.
https://www.youtube.com/watch?v=Ix3MfoepIY4

Sortie vendredi 7 avril 

Rosalie Blum de Julien Rappeneau
« Rosalie Blum » est le premier film de Julien Rappeneau, fils de Jean-Paul Rappeneau, réalisateur de « Cyrano de Bergerac ». Inspiré du roman graphique homonyme créé par Camilla Jourdy, le résultat de cette première oeuvre est brillant. Comédie douce-amère pleine de surprises, elle raconte, d´une façon très originale, une histoire fantaisiste ou une fable qui dégage un charme très particulier. Une atmosphère de mélancolie habite ce film qui est porté par trois acteurs très inspirés : Noémie Lvovsky, Alice Saaz et Kyan Khojandi. Julien Rappeneau, responsable aussi du scénario, trace trois portraits de personnages, apparemment ordinaires, mais, en fait, pleins de charme et de mystère. « Rosalie Blum » possède un réalisme poétique imprégné de bizarreries et d´humanité. L´histoire tourne autour de Vincent Machot, un jeune solitaire qui partage sa vie entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même à ceux qui ne s´y attende plus. Un jour, Vincent croise, par hasard, Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire,  comme lui, qu'il est convaincu d'avoir déjà rencontrée. Intrigué, il se décide à la suivre partout. C´est le début d´une aventure pleine d’imprévus qui lui fera découvrir des personnages aussi fantasques qu’attachants.
https://www.youtube.com/watch?v=xvCsZci6W8s

 

Sortie mercredi 12 avril

Carmen Pineda

 

Cinéma : sortie de «Demain tout commence» avec Omar Sy

Adaptation libre du film méxicain, « Ni repris ni échangé » (2013), « Demain tout commence » (« Mañana empieza todo ») est la version française, réalisée par Hugo Gélin, petit-fils de l´acteur Daniel Gélin. Un drame familial émouvant et drôle, taillé sur mesure pour Omar Sy. Sa transformation, du jour au lendemain, de fêtard invétéré en papa responsable et attentionné ne manquera pas de vus toucher.
Même si le scénario manque parfois d'un peu de crédibilité et devient un peu artificiel sur la fin, faites-vous plaisir et allez voir ce film où l'émotion et le drame côtoient le rire. Un registre dans lequel le solaire Omar Sy excelle !

Le pitch :
Samuel vit au bord de la mer, dans le sud de la France. Sa vie est une fête continuelle. Jusqu´au jour où une ancienne conquête lui laisse un bébé sur les bras : sa fille Gloria ! Décidé à rendre l´enfant à sa mère, il s'envole jusqu´à Londres mais la maman est introuvable. Huit ans plus tard, Samuel vit toujours à Londres avec sa fille qu´il adore. Il exerce le métier de cascadeur. Mais, un jour, la mère de Gloria réapparaît et les problèmes commencent.

Sortie vendredi 31 mars. 

Carmen Pineda

 

Cinéma: « Une histoire de fou » (« Una historia de locos ») de Robert Guédiguian

Inspiré librement du récit autobiographique « La bomba » du journaliste espagnol José Antonio Gurriarán, grièvement blessé lors d´un attentat de l´ETA en 1980, le cinéaste marseillais Robert Guédiguian (« Marius et Jeanette », « Les neiges du Kilimandjaro) signe « Une histoire de fou ». Le film raconte l´histoire d´Aram (Simon Abkarian), jeune marseillais d´origine arménienne qui fait sauter à Paris la voiture de l´ambassadeur de Turquie. Gilles Tessier (Grégoire Leprince-Ringuet), un jeune cycliste qui passait par là est gravement blessé. Aram, en fuite, rejoint l´armée de libération de l´Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans les années 80. Cependant, grâce à sa mère Anouch (interprétée par l´excellente Ariane Ascaride, muse et épouse du réalisateur), les deux jeunes gens vont être amenés à se rencontrer…

Un film émouvant et engagé, dans la ligne du cinéma social de Guédiguian, qui aborde le thème du pardon, du sacrifice humain et personnel que les causes politiques exigent très souvent au détriment de la famille. Tourné en grande partie à Marseille, comme il est coutume chez Guédiguian, « Une histoire de fou » prêche la solidarité, la fraternité, l´amour et l´amitié. Le metteur en scène déploie sa touche sociale et historique pour nous parler de la lutte du peuple arménien, toujours inachevée de nos jours. Une histoire imprégnée d'humanité à ne pas rater.

Sortie vendredi 24 mars.

Où le voir en V.O. ?
Golem : c/ Martín de los Heros, 12 (entre autres)
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19557760&cfilm=228184.html

 Carmen Pineda

 

Encore plus d’adresses dans la catégorie Cinéma
[Toutes nos adresses]

Choisir votre édition

Madrid, Barcelone, Berlin